Le 17 novembre mobilisons-nous contre les personnes âgées et l’avenir des enfants

 

[le 16/11/2018 par Association A.R.T]

 

Le prix de l’essence augmente à cause des taxes supplémentaires que le gouvernement a instaurées.
C’est une mesure de politique publique pour inciter davantage à la nécessaire transition écologique qui ne fait plus débat.
Le Larousse définit l’incitation comme « la provocation d’un comportement économique jugé souhaitable […] ». La transition écologique est jugée souhaitable, tout comme la diminution de la dépendance aux énergies fossiles.

Nous n’allons plus vous parler d’éveil des consciences, ni de bébés phoques et encore moins de faire pousser vos laitues sur un balcon (à cause de la pollution atmosphérique).
On va simplement vous dire que la transition écologique concrète se fait avec les actions concrètes de tous. Jusqu’à maintenant elles n’ont pas été suffisantes. La hausse des taxes va nous aider à rationaliser toutes nos activités quotidiennes, faire appel à notre fameux système D, un peu en sommeil ces dernières années (vous savez « on n’a pas de pétrole mais on a des idées »?). Ce que gagne l’État dans l’opération et ce qu’il fait de cet argent importe peu, ce qui compte c’est que nous changions notre quotidien, comme pour les cigarettes.
L’incitation par les taxes force à la nécessaire adaptation de l’Homme à son environnement, à lutter contre la persistance de certains individualismes (combien de voitures avec une personne dans les bouchons pour aller travailler? Faire les courses?), parce que le besoin est là, non négociable, comme le prix à la pompe. Vient donc l’heure de faire les comptes, parler à votre voisin va vous faire économiser de l’argent.

Nous nous sommes dédiés à la ruralité, nous allons donc surtout aborder la question des habitants éloignés des villes. L’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV) estime dans son étude de septembre 2018, qu’un ménage avec deux voitures (une diesel, une essence, 12 700Km/an/voiture) a connu une augmentation du prix du carburant de 300€/an depuis 10 ans, pour une consommation annuelle de 1 702 litres pour les deux véhicules. De 2018 à 2022 l’État a prévu une augmentation de 25,16 centimes/litre de gazole et de 12,73 centimes/litre d’essence entre 2018 et 2022 (Projet de loi de finance 2018). En reprenant notre ménage cela correspond à une augmentation de 312,91€ sur le budget annuel en 2022. Ce sera certainement plus pour les ménages ruraux qui font nécessairement plus de kilomètres.

N’oublions pas toutefois que ce surcoût par rapport à la ville est plus que compensé par une fiscalité foncière bien plus faible (taxe foncière ou d’habitation) puisque basée sur la valeur locative des biens, très inférieure au m² à la campagne qu’à la ville. L’écart de taille de logement entre la ville et la ruralité correspond à un gain de qualité de vie (les maisons sont plus grandes en moyenne que les appartements donc si au final le ménage paie autant de taxe foncière à la campagne qu’en ville, c’est pour une plus grande surface habitable, une chambre par enfant par exemple).

Au coût fiscal avantageux sur le foncier, on peut ajouter les crédits d’impôts à l’amélioration énergétique des logements (ouvrants, pompe à chaleur, isolation des combles…) qui permettent à la fois à une économie d’impôt (voir remboursement pour les ménages les moins aisés) et de dépenses (l’efficacité énergétique du logement est meilleure, on consomme moins pour se chauffer). C’est un retour financier non négligeable sur la taxe payée à la pompe.
On peut également ajouter d’autres gains, la possibilité d’améliorer son indépendance alimentaire notamment. Faites pousser vos carottes, vous irez moins au supermarché (moins d’essence consommé) et ce sera meilleur pour votre santé. En plus, vous pourrez partager vos excédents avec vos voisins n’ayant pas accès à un lopin de terre, qui pourront par exemple vous covoiturer.

Les solutions existent, d’autres seront à venir, A.R.T souhaite s’impliquer pour accompagner les populations rurales, les aider à s’organiser, à s’adapter. Mais pas pour contourner l’inéluctable, à savoir la hausse du prix de l’essence, la nécessaire réduction de notre consommation d’énergie fossile et la lutte contre l’individualisme et l’isolement.
Pour en revenir au titre de cet article, devant la grogne de la population (qui démontre d’ailleurs que la seule incitation efficace au mouvement est financière), le gouvernement vient d’annoncer une augmentation de 500 millions d’euros pour accompagner la transition écologique. C’est le même budget supplémentaire qu’il a alloué aux personnes âgées dépendantes, qui par définition ne conduisent plus. 500 millions pour aider à mettre en mouvement ceux qui peuvent tout changer face à 500 millions pour ceux qui ne peuvent plus rien. On vous l’a dit, on ne vous parlera pas d’éveil des consciences.

Deux réflexions pour finir :

– Que ferons-nous lorsque le prix du marché augmentera le coût des carburants?
– Ne pourrai-t-on pas, pour une fois, s’organiser pour plutôt que contre ?

Pour aller plus loin :

https://www.gouvernement.fr/argumentaire/500-millions-d-euros-supplementaires-pour-accompagner-la-transition-ecologique

https://www.ars.sante.fr/le-plan-daccompagnement-pour-soutenir-les-ehpad

Catégories : Uncategorized

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *